accueil > ballet preljocaj > créations
Page précédente|Page suivante

© JC Carbonne
media/ballet_preljocaj/titre-empty-moves.gif

" Empty moves est composée d'actions et mouvements inspirés par les paroles et phonèmes lus par John Cage au Teatro Lirico de Milan et enregistrés en public le 2 décembre 1977.

La notion de distanciation, de désagrégation du mouvement et d’une nouvelle articulation du phrasé chorégraphique prime sur leur sens et leur essence.

Cette pièce de danse s’acoquine au texte d’Henry David Thoreau qui servit de matériau de base à John Cage et tente de rejoindre l’imperturbable pugnacité de l’instigateur de cette soirée milanaise. "

 

Angelin Preljocaj

 

 

" Empty moves est un laboratoire : Angelin Preljocaj y invente des gestes inédits, des combinaisons de corps, des passes et des portés nouveaux, un vocabulaire plus coulé et moins angulaire qu’à ses débuts. Pour éclairer sa démarche il s’en remet à John Cage : Empty words  est une suite aléatoire de phonèmes prononcés lors d’un concert à Milan, la démonstration en acte que l’abstraction existe. Et qu’elle est insupportable puisque le public hue violemment le performer imperturbable. Trente ans après, Empty moves  poursuit la même démarche : malgré leur inaliénable matérialité les quatre danseurs refusent de signifier. Ils ne racontent rien, récusent tout discours, toute émotion ou thématique, et déroulent continûment un flux de mouvement inexorable. Ainsi ils imposent la jouissance de leur existence, salués par un public qui a admis sinon d’entendre, du moins de regarder l’abstraction."

 

Agnès Freschel

 

 

" Avec Empty moves, Angelin Preljocaj, le chorégraphe contemporain le plus distribué en France et à l’étranger, révèle de façon spectaculaire que la passion qui l’anime est la force pure des corps en mouvement. Sur le plateau nu, les danseurs du Ballet Preljocaj ne démontrent rien, ne racontent rien, ils ne font qu’exprimer leur être de manière bouleversante, offrant une présence dans l’espace, dessinant des formes, des lignes et des états.(…) Les corps s’imbriquent, souvent lentement, se portent, s’élèvent, s’enroulent et testent leur poids et leur élasticité dans des harmonies nouvelles, zen et envoûtantes. "

 

Le Figaro, 06 avril 2006

 

 

" Dans cette partie à quatre, tous les coups sont permis, mais chacun écoute l’autre. A regarder leurs gestes simples, à sentir leurs poids lorsqu’ils pèsent l’un sur l’autre, sans se préoccuper de ce que cela pourrait signifier, ou avec quoi cela pourrait entrer en résonance, on se repose attentifs aux seules variations kinesthésiques. On saisit une fois de plus que l’abstraction a du bon. Elle vous laisse en paix, sans imposer ni larme, ni rire. Empty moves joue avec le vide et cela n’a rien de vain."

 

Libération, 06 avril 2006

 

 

 

Pièce pour 4 danseurs

Durée 63 minutes

 

Chorégraphie et scénographie

Angelin Preljocaj

 

Création sonore

John Cage (Empty words)

 

Remerciement

Goran Vejvoda

 

Assistant, adjoint à la direction artistique

Youri Van den Bosch

 

Choréologue

Dany Lévêque

 

 

Empty moves (parts I & II), création 2007

Coproduction

Festival Montpellier Danse 2007

 

 

Empty moves (part I)

Commande et coproduction 2004

Biennale nationale de danse du Val-de-Marne

Coproduction 2006

Joyce Theater's Stephen and Cathy Weinroth Fund for New Work


Diaporama Imprimer