accueil > pavillon noir > un lieu
Page précédente|Page suivante

© JC Carbonne
media/pavillon_noir/Titre05.jpg

Pour célébrer l’ouverture à Aix-en-Provence du Pavillon noir, l’écrivain Eric Reinhardt et les éditions Xavier Barral ont eu l’idée d’associer dans un projet artistique commun le réalisateur Pierre Coulibeuf et Angelin Preljocaj, avec comme point de départ l’architecture de Rudy Ricciotti. Ce projet singulier et transversal a généré deux formes distinctes et indépendantes l’une de l’autre : le film, qui s’inscrit dans la filmographie de Pierre Coulibeuf, et le livre, qui “déplace” et “retraite” cette matière filmique pour donner naissance à un objet éditorial unique. 



 

Pavillon noir, le livre 


 

Cet ouvrage n’est nullement un livre consacré au film homonyme réalisé par Pierre Coulibeuf mais plutôt un retraitement de sa matière photographique dans le cadre d’un projet éditorial consacré à l’espace et au mouvement, autour d’un lieu qui est le premier en France à avoir été construit spécialement pour une activité de production chorégraphique. 

L’espace, le mouvement, le hasard, le temps, le vide, le corps : tels sont les thèmes abordés dans ce livre à travers plusieurs entretiens réalisés par l’écrivain Eric Reinhardt avec Pierre Coulibeuf, Angelin Preljocaj, Rudy Ricciotti, la philosophe Jehanne Dautrey et l’astrophysicien Michel Cassé.

Il ne s’agit donc pas d’une classique monographie de bâtiment ni d’un livre d’architecture au sens courant du terme, mais plutôt d’un ouvrage pluriel qui aborde le bâtiment sous plusieurs angles et à travers différents regards. Que ce soit le chorégraphe qui s’attache au mouvement, l’architecte qui remplit l’espace, l’astrophysicien qui explique le vide par la matière et l’énergie, ou encore la philosophe qui développe sa réflexion sur le corps, il est troublant de constater que sur un sujet aussi large, tous utilisent les mêmes mots.

Livre-objet singulier, Pavillon noir est réalisé intégralement avec du papier noir : le texte est imprimé à l’encre blanche et les photographies sur une sous-couche opaque. Les papiers utilisés sont offerts par Arjo Wiggins.



Disponible à la boutique


Imprimer