accueil > pavillon noir > spectacles
Page précédente|Page suivante

© Hervé Véronèse
media/pavillon_noir/15_16_bengolea_chaignaud_titre.jpg


« Une danse sur pointes, en équilibre, physiquement ardue, superbement rythmée. Le trio est sans relâche, les postures loin des frappés rebondis du reggae. Un vrai plaisir. »

Libération, 27 novembre 2013





Il faut oser danser sur pointes les vibrations du dub balancées en « live » par le Dj réunionnais High Elements ! Cecilia Bengolea et François Chaignaud le font avec brio, accompagnés par Ana Pi, inventant des contrepoints chorégraphiques ardus aux rythmiques rebondies du reggae. Ce Dub Love est un mariage inédit qui est juste bluffant par sa simplicité formelle (le trio oscille entre liberté improvisée et architecture rigoureuse), sa hardiesse physique (sauts, trépidations et balancements incessants), son extrême sensualité (« costumes à fleur de peau et tatouages comme des bijoux »). Construite comme le dub en deux temps, une fois en studio, l’autre en concert, la pièce joue sur la synchronisation et la désynchronisation des mouvements. Tantôt arc-bouté sur pointes, en équilibre, tantôt faussement alangui au sol ou paradant avec légèreté, le trio est dans un état de communion intense. Avec l’autre comme avec les pulsations enivrantes de High Elements… Au fil de ce « concert chorégraphique », la dispersion dans l’espace du plateau est de mise avant que la fusion n’opère, éphémère. La musique, elle, balance sa rage originelle à coup d’échos, de distorsions et de « reverbs », rappelant que le reggae est une musique de combat contre le colonialisme et l’esclavagisme. Comme en écho, la danse se compose et se recompose en direct sur scène, se réinvente, « utilisant les pointes comme arme de résistance. Pour confronter le plaisir de danser au défi de la douleur ».


À Buenos Aires où elle est née, Cecilia Bengolea s’est formée à la danse jazz, aux danses urbaines et aux danses ancestrales, a étudié la philosophie et l’histoire de l’art. Depuis son installation à Paris en 2001, elle active de multiples écritures chorégraphiques, notamment avec François Chaignaud avec lequel elle invente des œuvres hétéroclites. En 2008 ils fondent la compagnie Vlovajob Pru et dans la foulée reçoivent le Prix de la révélation chorégraphique de la critique. Ils sont artistes associés à La Ménagerie de Verre - Paris, depuis 2011.


Création 2015 Pièce pour 3 danseurs et un DJ Conception Cecilia Bengolea Composition et interprétation Cecilia Bengolea, François Chaignaud, Hanna Hedman Collaboration chorégraphique hip-hop Ange Koué Musiques High Elements DJ sur scène MatDTSound Production Vlovajob Pru Coproduction La Ménagerie de Verre (Paris), Maison de la Culture d’Amiens - Centre de création et de production, SZENE Salzburg, Direct Marketing Accueil en résidence L’Échangeur - CDC Picardie (2014-2015-2016) Remerciements à ImPulsTanz et Karl Regensburger


Imprimer



GRAND STUDIO
PAVILLON NOIR

JEUDI
14 JANVIER 2016
20H30

VENDREDI
15 JANVIER 2016
20H30


DURÉE 1H


CAT. B :
20 € / 16 € / 13 € / 8 €


NIVEAU SONORE ÉLÉVÉ

Bouchons d’oreille mis à disposition


ACCESSIBILITÉ