accueil > pavillon noir > spectacles
Page précédente|Page suivante

© Carlos Lema
media/pavillon_noir/17_18_Titre_Alvaro_Restrepo_FR_OK.jpg


Une parfaite alchimie entre la fougue des jeunes danseurs et la danse vive du colombien Álvaro Restrepo.



Une tragédie toujours brûlante, une intensité dramatique jamais éteinte, une mélopée douloureuse. C’est le côté face de Negra / Anger. Une envolée lumineuse, scintillante ; une sarabande voluptueuse, incandescente. C’est le côté pile de Negra / Anger. Deux faces d’une même performance créée par Álvaro Restrepo dans un contexte spécial, celui de l’ODAR (District Anti-Racism Observatory). Et dans une ville symbolique, Carthagène des Indes en Colombie, entrée principale des esclaves africains pendant la colonisation espagnole. Artistes iconiques et figures emblématiques se sont penchés sur le berceau de cette pièce tout entière baignée d’une lueur symbolique, ombre portée par la chanteuse et pianiste Nina Simone et le poète Aimé Césaire. La musique de Nina Simone, dont on connaît le combat forcené pour la lutte des droits des citoyens afro-américains, enveloppe la chorégraphie de part en part. Des extraits du célèbre Cahier d’un retour au pays natal d’Aimé Césaire, père parmi les pères du mouvement de la négritude, la nourrissent avec intensité. Tandis que le poème Me gritaron negra (They called me black) composé par l’activiste afro-péruvienne Victoria Santa Cruz l’enrichit. Dans cette atmosphère sonore particulière, la chorégraphie emporte les danseurs dans un immense mouvement crescendo jusqu’à atteindre une catharsis libératoire. Une rédemption euphorique, mais de courte durée…


Chorégraphe et danseur, formé à New York, Álvaro Restrepo est le fondateur et co-directeur avec l’artiste française Marie-France Delieuvin du Centre de formation de danse contemporaine en Colombie. À la fois école et compagnie réunissant des jeunes colombiens issus des quartiers défavorisés et principalement la communauté noire,  « El Colegio del Cuerpo » développe sa pédagogie selon deux axes : « l’éducation POUR la Danse - formation de professionnels interprètes, créateurs, pédagogues - et l’éducation AVEC la danse, en relation aux autres arts, pour enrichir l’éducation générale et permettre aux enfants et aux jeunes de modifier leur quotidien, leur vie. C’est une éducation de la sensibilité et de la créativité ».


Création 2016 Pièce pour 32 danseurs, 11 danseurs du Colegio del Cuerpo et 21 jeunes danseurs amateurs aixois Direction, chorégraphie, scénographie et costumes Álvaro Restrepo Codirection Marie-France Delieuvin Musique Nina Simone Textes Aimé Césaire extraits de Cahier d’un retour au pays natal, Victoria Santa Cruz Me gritaron Negra Lumières Andrés Marulanda Assistant à la direction artistique Leopoldo Combariza



AUTOUR DU SPECTACLE

RENCONTRE
Samedi 14 octobre 2017 à 20h45
Théâtre, Pavillon Noir - Entrée libre



MANIFESTATION ORGANISÉE DANS LE CADRE DE L'ANNÉE FRANCE COLOMBIE 2017


Imprimer



THÉÂTRE
PAVILLON NOIR

VENDREDI
13 OCTOBRE 2017
14h30 et 20h30

SAMEDI
14 OCTOBRE 2017
19h30

DURÉE 1H10

CAT. B : DE 8 € À 20 €




DANS LE CADRE DE
L'ANNÉE FRANCE COLOMBIE 2017


ACCESSIBILITÉ