accueil > pavillon noir > spectacles
Page précédente|Page suivante

© Beniamin Boar
media/pavillon_noir/17-18_Titre_Radouan_Mriziga_FR_ok.jpg


« Prendre la dimension d’un espace et en éprouver corporellement le cadre et l’architecture. Fascinant. »

Télérama



Dans son solo 55, le jeune danseur et chorégraphe marocain  Radouan Mriziga « revendique une approche presque architecturale, fondée sur la déclinaison du chiffre 5 ». Un exercice physique et men-tal qui défie le corps et l’esprit, exige un engagement total, concentre une énergie quasi tellurique. Sa performance spectaculaire prend sa source dans son appréhension de la danse qui réunit toutes sortes de sports physiques et cérébraux. « La danse est abstraite et pure » écrit-il, comme l’est sa pièce, elliptique et pure, basée sur la fonc-tionnalité et la forme que peut prendre cette fonctionnalité, sur des principes simples et de multiples questionnements personnels. Que se passe-t-il quand je ne dispose pas d’instruments ? Quand il n’y a pas d’éclairage ni de scénographie, pas de vidéo ni de musique ? Comment puis-je faire quand même quelque chose d’intéressant, quelque chose qui capte l’attention pendant plus d’une vingtaine de minutes... ? Radouan Mriziga a trouvé les justes réponses en créant un solo qui résonne en lui et fait écho aux autres ; en utilisant son corps au service de la forme ; en donnant naissance à un mou-vement singulier qui fusionne l’école maghrébine (approche géo-métrique et arabesques) et le minimalisme occidental. En offrant le spectacle fascinant d’un « artiste-géomètre » qui transforme la plus petite parcelle de son corps en compas pour pouvoir dessiner au sol, à la craie, un quadrillage obsessionnel. En faisant cracher à cinq vieux magnétos à cassettes des bribes de son, avant de se laisser happer par un silence absolu.

Radouan Mriziga
a étudié la danse à Marrakech, Bordeaux, Tunis et achevé ses études à la célèbre école de danse contemporaine bruxelloise P.A.R.T.S. créée par Anne Teresa De Keersmaeker. Installé depuis à Bruxelles, il a été artiste en résidence au centre d’art « nomade » Moussem (2014-2017) et est aujourd’hui artiste en résidence au Kaaltheater (2017-2021). Le solo
55 et le travail d’équipe 3600 composent les deux premiers actes de sa trilogie intitulée 7, présentée en 2017 au Kunstenfestivaldesarts.

Création 2014
Solo Chorégraphie Radouan Mriziga Assisté de Alina Bilokon Remerciements Moussem team, Alina Bilokon, Youness Khoukhou, Christophe Dupuis, Bart Meuleman, Steven De Belder Production Moussem Nomadic Arts Centre Coproduction C-mine (Genk), WP Zimmer (Anvers) En collaboration avec Cultuurcentrum Berchem (Anvers), Kunstenfestivaldesarts (Bruxelles), Pianofabriek Kunstenwerkplaats (Bruxelles), O Espaço do Tempo (Montemor-o-Novo), STUK (Louvain)


Imprimer




GRAND STUDIO
PAVILLON NOIR

MARDI
05 DÉCEMBRE 2017
20H30

MERCREDI
06 DÉCEMBRE 2017
20H30

DURÉE 55 MIN

CAT.B : DE 8 € À 20 €

EN CORÉALISATION AVEC




AVEC LE SOUTIEN DE
L'ONDA - OFFICE NATIONAL DE DIFFUSION ARTISTIQUE




ACCESSIBILITÉ