accueil > pavillon noir > spectacles
Page précédente|Page suivante

© Patrick Cockpit
media/pavillon_noir/17_18_Titre_Beatrice_Massin.jpg


« Avec les codes du baroque, Béatrice Massin invente une langue chorégraphique, esthétique et musicale d’une simplicité captivante. »

Télérama





Mass b
débute par une marche éreintante. Comme celle de milliers de gens qui, durant les siècles, ont voyagé au travers de la planète en fuyant leur domicile avec l’espoir de se reconstruire dans un ailleurs. Une marche intemporelle donc, et terriblement vivante, incarnée par des interprètes fougueux nourris des pratiques de la danse contemporaine. Béatrice Massin a choisi d’inventer un langage commun à partir de leurs individualités et de créer une synergie entre le cadre rigoureux de l’écriture baroque et leurs singularités performatives. Comme elle a décidé de perturber l’ordre de la Messe en si mineur de Bach par le biais de la musique contemporaine pour en donner une nouvelle sensation. Interférence d’extraits et de phrases musicales d’un côté, dialogues des styles et des techniques de l’autre, Mass b est une histoire de rencontres. Entre les dix danseurs issus d’écoles et de parcours multiples qu’elle fédère autour d’elle, entre la pièce de Bach et l’espace physique qu’elle habite. Béatrice Massin a imaginé une grande fresque humaine sur la communauté, sur la façon dont on peut recréer un plaisir commun : sa chorégraphie géométrique, où la nonchalance première cède à l’empressement final, répand un sentiment d’euphorie collective. Les danseurs font surgir de leur corps l’esthétique souvent précieuse de la danse baroque, s’en imprègnent, la réinventent pour dire avec beaucoup de nuances l’errance, l’exil, la désespérance.

Béatrice Massin est une référence de la danse baroque. Au sein de Ris & Danceries, elle a été successivement interprète, assistante de Francine Lancelot, collaboratrice et chorégraphe avant de fonder la compagnie Fêtes galantes en 1993. Ses spectacles confrontent le vocabulaire de la danse du XVIIème siècle aux conventions scéniques contemporaines : une écriture qu’elle transmet au sein de l’Atelier baroque créé en 2003 et développe au gré de commandes, de fictions historiques cinématographiques et télévisuelles (
Le roi danse de Gérard Corbiau, Versailles produit par Canal +).

Création 2016
Pièce pour 10 danseurs Chorégraphie Béatrice Massin Musique Jean Sébastien Bach extraits de la Messe en si mineur -  Frans Brüggen, Chœur de Chambre des Pays-Bas, Orchestre du XVIIIème siècle, György Ligeti extraits du Continuum, 1ère Étude pour orgue Harmonies, Poème symphonique pour 100 métronomes Scénographie Frédéric Casanova Lumières Caty Olive Création sonore Emmanuel Nappey Costumes Clémentine Monsaingeo Coproduction Compagnie Fêtes galantes, Théâtre National de Chaillot - Paris, Opéra National de Bordeaux, Pôle Culturel d’Alfortville Avec le soutien de Théâtre de Saint-Quentin-en-Yvelines - scène nationale, Centre de développement chorégraphique du Val-de-Marne -  La Briqueterie, Arcadi Île-de-France, Adami



AUTOUR DU SPECTACLE


ATELIER DE DANSE BAROQUE
AVEC BENJAMIN DUR, INTERPRÈTE DE MASS B

Samedi 24 mars 2018 de 11h à 12h30
Niveau Intermédiaire - 20 € / 15 €



Imprimer




THÉÂTRE
PAVILLON NOIR

VENDREDI
23 MARS 2018

20H30

SAMEDI
24 MARS 2018

19H30

DURÉE 1H

CAT. A : DE 10 € À 25 €





ACCESSIBILITÉ