accueil > pavillon noir > spectacles
Page précédente|Page suivante

© Laurent Philippe
media/pavillon_noir/19-20_titre_la-horde.jpg


La virtuosité insoupçonnée d’une nouvelle danse, pour la première fois mise en scène dans une chorégraphie collective. Le Jumpstyle met les jambes
sens dessus-dessous !



Le collectif (LA)HORDE traque la danse, là où elle se réinvente et nous surprend encore et encore : dans la rue, sur les réseaux sociaux et finalement sur scène. Inlassables chercheurs, ils ont réuni de jeunes adeptes d’une nouvelle forme, virtuose et explosive : le Jumpstyle. Née dans la dépense énergétique maximale, en format vignette, pour être partagée au sein d’une communauté mondiale mais virtuelle, cette danse se pratique en solo et a donné lieu à des rencontres et compétitions. Avec TO DA BONE, (LA)HORDE a conçu le premier projet chorégraphique pour la scène à partir de cette danse qui s’est répandue dans le monde grâce à internet. Où onze danseurs venant de neuf pays différents cessent de se défier et se coordonnent, mettant en avant leur passion partagée mais aussi ce qui distingue par exemple les jumpers belges de ceux venant d’Europe de l’Est, malgré tout influencés par la tradition de la danse classique.


Marine Brutti, Jonathan Debrouwer et Arthur Harel appellent leur collectif (LA)HORDE. Le nom est bien choisi, puisque le trio travaille avec des communautés de personnes réunies par leur âge (seniors), leur condition physique (mobilité réduite), leur pratique (danseurs traditionnels) ou bien, pour TO DA BONE, la communauté des danses appelées post-internet, car nées grâce à la communication dans l’espace virtuel. Et ils aiment à interroger la position de ces groupes vis-à-vis du pouvoir culturel et politique. (LA)HORDE prend la direction du Ballet National de Marseille à compter de septembre 2019.


Création 2018 Pièce pour 11 danseurs Conception et mise en scène (LA)HORDE - Marine Brutti, Jonathan Debrouwer, Arthur Harel Composition sonore Aamourocean Lumières Patrick Riou Régie générale et assistante lumière Claire Dereeper Costumes Lily Sato Regard extérieur Jean Christophe Lanquetin Répétitrice et régie son Céline Signoret Interprétation Magali Casters, Mathieu Douay aka Magii’x, László Holoda aka Leslee, Thomas Hongre aka ToPa, Kevin Martinelli aka MrCovin, Bartlomej Paruszewski aka Bartox, Viktor Pershko aka Belir, Edgar Scassa aka Edx, Andrii Shkapoid aka Shkap, Damian Kamil Szczegielniak aka Leito, Maxence Foor aka Skylerz Production (LA)HORDE Coproduction Charleroi danse, Théâtre de la Ville de Paris, MAC - Maison des Arts de Créteil, le Manège - Scène Nationale de Reims, Teatro Municipal do Porto, Pôle sud - CDC Strasbourg, La Gaité Lyrique, Fondation BNP Paribas, Dicréam - Dispositif pour la création artistique multimédia et numérique, Spedidam, Institut Français - Convention Ville de Paris Soutien Mairie de Paris, SACD, Cité internationale des Arts, Liberté Living-Lab, CCN2 - Centre Chorégraphique National de Grenoble, DGCA - Direction Générale de la Création Artistique Résidences Charleroi danse, MAC - Maison des Arts de Créteil, Teatro Municipal do Porto, le manège - scène nationale de Reims, CCN2 - Centre Chorégraphique National de Grenoble.


AUTOUR DU SPECTACLE

VIDÉODANSE
TO DA BONE / NOVACIÉRIES - FILMS DE (LA)HORDE
Jeudi 07 et vendredi 08 novembre 2019 - 17h30 et 18h30

Le documentaire sur les coulisses de TO DA BONE  suivi d'un court-métrage pour voir le jumpstyle autrement.







Imprimer



THÉÂTRE
PAVILLON NOIR


JEUDI
07 NOVEMBRE 2019

20H

VENDREDI
08 NOVEMBRE 2019

20H


DURÉE 1H

DE 9 € À 23 €


À PARTIR DE 9 ANS



ACCESSIBILITÉ






































STUDIO BOSSATTI

GRATUIT