accueil > pavillon noir > résidences
Page précédente|Page suivante

© Antoine Tempé
media/pavillon_noir/12_13_residence_aly_karembe_titre.jpg

Artiste en résidence en février 2013.
Création 
au Pavillon Noir
vendredi 08 février 2013


Aly Karembé est né à Bamako au Mali. Il commence la danse avec la troupe traditionnelle de la commune 5 du district de Bamako. Il danse dans de nombreux vidéo-clips d'artistes maliens. Depuis 2003, il suit les ateliers de danse contemporaine et de mise en scène donnés par les invités de « l'Espace », lieu dédié à la danse dirigé par Kettly Noël. Il est l'auteur de plusieurs pièces de danse traditionnelle pour le festival « Dense Bamako Danse ». En 2010, pour la Biennale « Danse l'Afrique danse ! », il présente Balle perdue avec une cinquantaine de danseurs de Bamako. Il crée également son solo IDobscure au Pavillon Noir. En 2012, il a présenté au Pavillon Noir Danse esprit, danse en corps et encore avec le chorégraphe malgache Junior Zafiamison.





Dans cette nouvelle création, il invite à une véritable traversée : une transmutation des corps par la danse, de tous les styles, de toutes les obédiences, les danseurs devenant le relais de la matière humaine soumise au temps, au rythme, aux forces de la vie. Ils font apparaître une ligne d'horizon d'où se lèvent les mouvements, comme le trio qui émerge de ces sons étranges, cris d'oieaux, froissements, ressacs tandis que la ligne de flûte dessine l'espace. Danser pour sauver sa peau, pour sauver son corps, faire de l'instant un appel, des rappels, tandis que les gestes se déploient, que des brides d'histoire s'inscrivent (...). Ils se mettent à touner sur eux-mêmes avec une passion accélérée, le jarret décolle de la terre. Et les voix de tous s'élèvent dans le brouhaha collectif des cris et des regrets, des promesses aussi, sans doute. Les sorciers sont ceux qui, par la danse, savent utiliser la magie du corps pour exister.



Imprimer

THÉÂTRE
PAVILLON NOIR

vendredi
08 février 2013
19h



Durée 35 min



AVEC LE SOUTIEN DE




MALI