accueil > pavillon noir > résidences
Page précédente|Page suivante

© Antoine Combier
media/pavillon_noir/titre_ANUANGA_residence_2009.jpg

Né au Kenya, Anuang’A débute sa carrière en 1990. Il est rapidement reconnu comme « danseur Maasaï atypique ». Il organise et participe à des défilés au Kenya (African Heritage Company) et se produit en Afrique du Sud (Africa Renaissance show), aux Seychelles (Afrika week festival), à l’île de la Réunion (Festival Créole) et aux Pays-Bas. Très vite, il ressent le besoin de côtoyer d’autres chorégraphes et vient s’installer en 2000 à Vaison-la-Romaine. En 2007, Anuang’A retourne au Kenya et crée une pièce avec huit danseurs Maasaï, qu’il présente au GoDown Arts Centre et à l’Alliance Française de Nairobi.



A journey into the future


Invitation au voyage pour ce solo signé Anuang’A, jeune danseur chorégraphe du Kenya, qui emporte la danse traditionnelle Maasaï, exception artistique, vers une écriture de la modernité. Car la danse Maasaï a un statut particulier qu’il convient de protéger parmi les danses traditionnelles africaines. Ici pas de grandes démonstrations de force ; au contraire, la gestuelle est épurée, les bras gardent le corps, tandis que les jambes s’animent dans des séries de sauts verticaux.

Réputé pour sa maîtrise d’une danse qui canalise l’énergie plus qu’elle ne cherche comme ailleurs les débordements, Anuang’A excelle dans le déroulé de son corps comme traversé par une vague, une onde qui le parcourt depuis le cou, descend sur les épaules, gagne la poitrine et atteint le bas du dos. Dès lors, ce corps n’a plus besoin d’instruments pour l’accompagner ; la voix, l’impact des pieds au sol, le jeu des bijoux suffisent à animer la mémoire ancestrale de sa danse. Le corps du danseur est en lui-même puissance rythmique et production musicale, un corps suffisamment fort pour s’affronter au reste du monde.


Or la réalité du monde a changé. Alors comment, à partir de ces données traditionnelles, s’engager dans la modernité sans perdre au passage ce qui fonde son identité ? A journey into the future est l’histoire des risques de cette évolution nécessaire, le récit personnel d’un apprentissage des codes contemporains sans jamais tourner le dos aux traditions. Anuang’A signe un solo dans la lignée de la danse intérieure Maasaï : son récit initiatique.


Création 2008 Solo Chorégraphie, costumes Anuang’A Musique Pascal Arnold Production Ballet Preljocaj


Imprimer

ARTISTE EN RÉSIDENCE
AU PAVILLON NOIR
EN NOVEMBRE 2008
 
 
CRÉATION

JEUDI
27 NOVEMBRE 08
19H30

VENDREDI
28 NOVEMBRE 08
19H30

30 MN