accueil > action culturelle > coopération internationale
Page précédente|Page suivante

© Camille Villegas
media/actions_culturelles/2011_2012_titre2_coopintern.jpg

Un nouveau partenariat s'établit en cette saison 2011-2012 avec des chorégraphes et des formateurs du continent africain.

 

L'ÉCOLE DE DANSE INTERNATIONALE IRÈNE TASSEMBEDO AU BURKINA FASO

Construit avec la complicité d’Irène Tassembedo, le projet s’est déroulé en plusieurs étapes. En février 2012, Guillaume Siard, responsable de la pédagogie au Ballet Preljocaj, s’est rendu à Ouagadougou pour animer des ateliers de création autour du répertoire d’Angelin Preljocaj.

La volonté de départ est d’accompagner les danseurs pré-professionnels et professionnels du continent dans leurs recherches en danse contemporaine.

Dans ce sens, le Pavillon Noir a accueilli, pour une résidence de cinq semaines en avril et mai 2012, deux jeunes danseurs issus de l’École d’Irène Tassembedo : Ida Faho Biemoubon et Florent Nikiema. Ils ont suivi les cours quotidiens des danseurs du Ballet Preljocaj, ont intégré le Groupe Urbain d’Intervention Dansée (G.U.I.D.) et ont présenté leur duo Quand la lune est pleine dans le Grand studio du Pavillon Noir à l’issue de leur résidence. Le Ballet Preljocaj souhaite désormais poursuivre son engagement avec cette école en participant au programme pédagogique.



SÉNÉGAL


Le Ballet Preljocaj, associé à Germaine Acogny, s'engage dans le développement de la danse contemporaine sur le continent africain en soutenant deux artistes aux parcours singuliers : Gnagna Gueye et Alioune Diagne.

Germaine Acogny, chorégraphe et formatrice de grand talent, a été accueillie à plusieurs reprises en résidence de création au Pavillon Noir. Le public aixois a eu la chance de découvrir ses spectacles, dont, récemment, son solo Songook Yaakaar. En novembre 2010, à l’occasion du concours chorégraphique Danse l'Afrique Danse ! à Bamako, Angelin Preljocaj – qui en est président du jury – retrouve Germaine Acogny. Ils décident ensemble d’impulser un projet autour de la formation du danseur et de la sensibilisation des publics à la danse contemporaine au Sénégal.

Dans un premier temps, en avril 2012, grâce au dispositif « Visa pour la création » de l'Institut Français, Gnagna Gueye, danseuse sénégalaise, sera reçue pour une résidence de trois mois au Pavillon Noir. Les objectifs de cette immersion au CCN d’Aix-en-Provence seront de créer un solo qu’elle présentera en juin au Théâtre du Pavillon Noir. Elle intègrera également le G.U.I.D.

En janvier dernier, nous avons rencontré Alioune Diagne, jeune chorégraphe saint-louisien et directeur du Festival Duo Solo. Très vite, une collaboration a été envisagée entre sa compagnie Diagn’Art et le Ballet Preljocaj. Elle s’est concrétisée en juin 2012 par l’intervention de Guillaume Siard avec un groupe de douze danseurs sélectionnés dans tout le Sénégal.

La transmission de deux extraits de spectacle d’Angelin Preljocaj (Paysage après la bataille,1997 et Suivront mille ans de calme, 2010) ont été les pistes principales de recherche avec ces danseurs formés initialement à la danse traditionnelle et au hip hop. Le travail mené a été présenté pour l’ouverture du Festival Duo Solo 2012.

Le Ballet Preljocaj s’est également produit avec le G.U.I.D. dans une école primaire de Saint-Louis et a clôturé le festival. Ce projet se poursuit dès le mois de septembre 2012 avec la venue d’Alioune Diagne et de sa compagnie en résidence au Pavillon Noir. Il travaillera sur sa prochaine création, Banlieue, qui sera présentée à Aix-en- Provence jeudi 20 septembre 2012 à 19h, et à la Biennale Danse L’ Afrique Danse ! à Johannesburg (Afrique du Sud).

Ce sera ensuite au tour du Ballet Preljocaj en juin 2013, de se rendre à Saint-Louis pour donner des ateliers avec la compagnie Diagn’Art.




Imprimer